Cheminements

  • Contre Israël

    Albert Naccache

    " est il permis de critiquer israël ? ".
    Cette question posée par pascal boniface, reprise par éric hazan, daniel mermet, denis sieffert, hamid barrada et bien d'autres est toujours d'actualité. l'association vigie média palestine affirme : le chantage à l'antisémitisme est d'utilisation de plus en plus courante à l'encontre de toute critique de la politique israélienne et de toute manifestation de solidarité avec les palestiniens. il en résulte pour nos médias la pratique de l'autocensure, la langue de bois ou la désinformation pour tenter l'échapper aux actions d'intimidation exercées de manière systématique et agressive par un petit groupe très actif qui vise à étouffer dans l'oeuf toute expression critique de la politique israélienne grâce à l'exploitation de la charge émotionnelle suscitée par les pratiques nazies de sinistre mémoire.
    Ces accusations sont elles justifiées ? qu'en est il vraiment ? albert naccache répond à ces questions par une analyse organisée en trois parties : pour la palestine, contre israël, contre les juifs.

  • L'ethnologie peut être originale quand elle est férocement investigatrice.
    Oú vit jean de l'ours? a madrid, à berne, à berlin ou à moscou? jean de la fontaine boit-il l'eau de l'ours, sa bière, son vin, voire sa vodka? pourquoi boucle d'or casse-t-elle systématiquement la chaise du petit ours et se sauve-t-elle toujours en perdant son bouquet de fleurs? saint-valier fait-il la course avec sainte-colombe dans le dressage catholique des ours et des populations païennes? vous saurez tout sur l'ours, ses mythes, ses légendes, comment on le chasse et le cuisine.
    Et encore bien d'autres curiosités à travers cette encyclopédie méthodique aussi festive que documentée et critique, basée sur deux siècles de représentations de l'ours (publicités, films, cartes téléphoniques, buvards, affiches, timbres, livres pour enfants. ). martin, ce "frère de l'homme", existe-t-il encore ou bien n'est-il devenu qu'un fantasme collectif, un fantôme culturel? l'esprit de l'ours ne serait-il que l'ombre de l'homme?.

  • Evoquant de multiples destins avec l'épure du zen, cette " emeraude bleue " étincelle à la manière des bijoux finement ciselés.
    Ses facettes ont tantôt les teintes d'un ardent réalisme, tantôt celles de la fable. on y découvre des personnages hors du temps, nés en des terres légendaires, et dont la vie connaît des dénouements aussi riches de sens qu'inattendus.

    " comme j'aime cette " emeraude bleue " ! je suis sous le charme de son éclat merveilleux. " michel tournier, de l'académie goncourt.

  • Fer-blanc (le)

    Goubard Josette Et H

    Avant la guerre, qui manifestait la moindre curiosité pour le fer-blanc que le progrès vouait au rebut et à l'abandonoe Ces objets, qui ont partagé le quotidien de nos grands-parents, qui témoignent mieux que d'autres d'une époque et de ses pratiques, sont le reflet d'une société pauvre mais inventive. Ce livre vous présente plus de 1000 pièces qui ne manqueront pas d'aiguiser votre curiosité et sont autant de témoins de la vie quotidienne de nos aïeux.

  • Alors que depuis quelques années, on assiste régulièrement à des représentations de chefs-d'oeuvre du cinéma muet, assorties d'un accompagnement musical original, il peut paraître utile et agréable de se plonger dans la très riche histoire du genre.
    Après quelques balbutiements expérimentaux, la merveilleuse ère du cinéma a commencé le 28 décembre 1895, avec la première représentation publique des frères lumière dans les sous-sols du grand café à paris. de la vente aux forains de petits bouts de films, on est insensiblement venu au système de la location à des établissements spécialisés et sédentaires. puis, les petits films firent bientôt place à la notion de spectacle, avec des histoires structurées, interprétées par des acteurs spécialisés, présentées en une seule séance.
    Parfois, il arrivait que quelques films très importants fussent transformés en épisodes ou "époques", projetés plusieurs semaines consécutives. aux etats-unis, en 1914, initié par le français louis gasnier pour pathé, avec pearl white comme héroïne dans les mystères de new york, naissait le serial américain en dix, voire douze épisodes ou plus. l'épuisement d'une europe en guerre, faisait perdre à la france sa première place mondiale en matière de cinéma, cependant que les cinémas allemands et italiens perdaient leur importance.
    Parallèlement, se créait outre-atlantique une véritable industrie américaine du cinéma, bientôt dominée par les six "majors" de l'époque: fox, mgm, paramount, universal, united artists et warner bros. on connaît la suite. en france, deux majors - modestes par rapport aux américaines - ont émergé, et bravant le temps, sont aujourd'hui plus que centenaires. elles ont pour nom gaumont et pathé. c'est ce long chemin, depuis 1895 jusqu'à la généralisation du parlant, au cours de la saison 1929-1930, que le lecteur suivra, en appréciant au passage les rares et nombreuses illustrations, en provenance de la collection de l'auteur.

  • Pourquoi aujourd'hui s'intéresser à Louis-Jérôme Gohier ? Son nom est pratiquement resté inconnu des Français.
    Il rejoint la longue liste de ces " inconnus célèbres " de l'Histoire. Et pourtant il fut quelque temps l'un des cinq rois de France, comme on le disait à l'époque en parlant des cinq Directeurs. L'inconnu du 18 brumaire 1799, c'est bien Gohier, qui s'opposa à Bonaparte. Il est apparu opportun aux auteurs de ce livre de lui consacrer une biographie. Son rendez-vous manqué avec l'Histoire ne doit pas faire oublier que cet homme d'État prit une part active au mouvement libéral qui signale en Bretagne l'approche de la Révolution où il jouera un rôle important...
    La carrière de Louis-Jérôme Gohier, sa mentalité et sa culture sont caractéristiques du XVIIIe siècle. À ce titre aussi, il mérite que l'on s'intéresse à lui.

  • L'homme parle...
    Beaucoup, le chêne écoute... Un noble arbre séculaire, devenu arbre à palabres par les circonstances, en témoin privilégié de la vie d'un village en Bretagne. Feuille à feuille, on suit l'inévitable évolution d'une collectivité très enracinée. Une histoire bien fagotée, qui ne manque pas d'humour. Un tableau sans complaisance et un brin grinçant de ce que pourrait être votre village. Et, qui sait, peut-être existe-t-il vraiment ? Que ce soit le long des côtes rocheuses ou à travers les petits villages de campagne, l'auteur, au hasard de ses promenades, se nourrit des lieux alentours pour brosser le décor de ses romans.

  • Le voile est joué ici par les femmes, modèles et photographe, comme d'un instrument de séduction.
    Une façon de chanter à la fois l'appropriation de leur liberté et l'attachement à une culture déterminée. en fibres noires ou chatoyantes, les voilages relient les corps au ciel, grands-voiles d'un navire qui s'entaillent sur la proue d'un regard qui invite des avenirs. sous la mousse tissée, la fierté d'un regard; sous la raideur d'un autre, l'arrondi d'une arcade ou la douceur du dessin d'une bouche; ici des lèvres closes semblent une plage sans frontières; là, festonné de borderies le tissu souligne deux pieds en marche chaussés de sable fin; ailleurs sombre sobriété, il couvre des assises sur les marches de pierre d'un escalier centenaire, symboles de la discrète patience de l'attente.
    Sereines tempêtes d'étoffes pour échapper à toute soumission imposée au profit d'être esclave consentie de l'élégance. c'est le livre d'une artiste et de trois auteurs qui nous donnent à penser notre monde entre les images et entre les lignes.

  • Qui aujourd'hui se souvient des conscrits, de ces traditions qui furent longtemps ancrées dans notre société, créant un véritable lien social entre les classes? l'esprit des conscrits présente et préserve cette mémoire de deux siècles de conscription, de la loi jourdan du 5 septembre 1798, au 21 février 1996, date à laquelle jacques chirac, président de la république, annonça la fin du service militaire - et par conséquence du folklore et des histoires de copains de régiment qui y étaient liés.
    Tous les souvenirs de conscription réunis dans ce livre, du plus simple au plus rare, voire parfois unique, nous raconte la riche histoire populaire de notre pays, la france.

  • Claire Romain, chargée de mission environnement à la préfecture du Cantal partage son temps entre un travail qui la passionne et son amour pour un terroir qui lui ressemble.
    Mais les matins calmes de cette terre oubliée du Cantal s'agitent soudain face à l'émergence d'un projet d'aménagement d'envergure, sur le site du puy Mary, au coeur des volcans d'Auvergne. Un projet touristique, un projet plein d'enjeux et d'espoirs... confié aux mains d'un nouveau collègue tout spécialement parachuté, Jean Le Tollec, technocrate plein d'ambition et de certitudes. Un vent de Bretagne envahit les bureaux de l'administration, annonçant bientôt une tempête que nul n'avait prévue...
    L'histoire s'emballe, l'amour s'en mêle... Sentant son territoire en danger, Claire se lance alors avec un groupe d'amis d'enfance sur les chemins dangereux de la désobéissance civique. Fonctionnaires véreux, intérêts occultes, d'intrigues en complots l' " Opération Puy Mary " entraîne les personnages d'embûches en rebondissements, au bout de leurs convictions.

  • Ouvrage à l'iconographie en grande partie inédite, 14 18 dans la bande dessinée nous invite à découvrir les représentations de la première guerre mondiale dans ce mode d'expression.
    Ces images, reflet aussi bien de l'engagement patriotique de forton que de l'antimilitarisme de tardi, nous en apprennent autant sur l'époque qui les a vus naître que sur la grande guerre elle même.

  • Les premiers rails arrivèrent dans le département du Maine-et-Loire en 1848 à Varennes-sur-Loire. On ne le savait pas à l'époque mais ces rails seront les premiers de la région des Pays-de-la-Loire. Ils devaient assurer un débouché maritime à la Compagnie du PO par l'intermédiaire de sa filiale la Compagnie de Tours à Nantes avec laquelle elle fusionnera le 7 mars 1852. En décembre 1848, la construction de la ligne de Tours à Saumur représente un des maillons de la radiale Paris-Nantes et au-delà. Il a fallu attendre 1872 pour que les chemins de fer secondaires (Compagnie du Mamers-Saint-Calais) desservent les plus petits villages de cette province.

  • Située entre deux estuaires, au nord La Vilaine, au sud de La Loire, la presqu'île guérandaise offre un paysage varié. Le Pays Blanc, celui du sel et des marais salants, constitue une zone protégée de deux milles hectares dessinée et entretenue par le travail de l'homme, et le Pays Noir, celui de la tourbe et du parc de Brière, second marais naturel de France après la Camargue. À travers ce livre, vous allez aimer la richesse des milieux naturels de la presqu'île de Guérande.

  • Ce livre est un grand bol d'air marin, une goulée d'iode.
    Au fil des pages, sur fond de mer, de sable ou de galets, voici la panoplie du parfait pêcheur, le petit éloge du bigorneau, l'inventaire du bazar de la plage et l'appel du large, le plateau de fruits de mer, le tout ponctué du cri des mouettes. au plaisir du bain de soleil et des pieds dans l'eau s'ajoutent recettes et plaisirs, découvertes des senteurs marines et des saveurs océans, propres à combler le promeneur comme le pêcheur à l'épuisette, le gourmand et le collectionneur de coquillages.

  • S'arrêter devant les halles d'autrefois et les regarder avec un peu plus d'attention, découvrir leur originalité et connaître aussi leur histoire, c'est, en résumé, le motif de cet ouvrage. Avec les compagnons bâtisseurs des siècles passés et avec les maîtres charpentiers initiés à l'art secret des constructeurs, nous pourrons y déceler l'animation bruyante des marchés, les rumeurs des foules rassemblées pour les réunions publiques et les fêtes, voire l'emplacement du culte. À ces usages passés s'ajoutent des activités contemporaines bénéficiant du cadre parfois exceptionnel offert par les halles anciennes, éléments remarquables de notre patrimoine d'aujourd'hui.

  • Le livre du 400e anniversaire du collège Henri IV de Poitiers (créé en 1608) raconte autrement l'histoire longue et riche de cet impressionnant édifice voué à l'éducation, l'histoire de celles et ceux qui ont laissé dans la pierre leur empreinte, de celles et ceux qui, pendant une dizaine d'années passées là ont voulu témoigner de leur expérience, l'histoire enfin racontée par les élèves de la vénérable institution.

  • Oeufs frais du poulailler, lait tiède qui mousse, troupeaux de belles vaches, bergeries, pommiers en fleurs, champs de blé, coquelicots et bleuets, les grandes joies et les petits bonheurs de la ferme sont inscrits dans notre mémoire collective, font partie de notre patrimoine. Tous les gourmands nourriront ici plus loin que leur ventre. Le pain réveillera leur faim d'authentique, l'eau de source leur soif de renouer avec l'essentiel. Les fermes d'aujourd'hui modernes et innovantes excluent de moins en moins l'idée que la santé passe par la nourriture et nous invitent sans sectarisme à retrouver le goût du naturel, l'appétit de nous-mêmes, le coeur de la vie.

empty