Cheminements

  • L'ethnologie peut être originale quand elle est férocement investigatrice.
    Oú vit jean de l'ours? a madrid, à berne, à berlin ou à moscou? jean de la fontaine boit-il l'eau de l'ours, sa bière, son vin, voire sa vodka? pourquoi boucle d'or casse-t-elle systématiquement la chaise du petit ours et se sauve-t-elle toujours en perdant son bouquet de fleurs? saint-valier fait-il la course avec sainte-colombe dans le dressage catholique des ours et des populations païennes? vous saurez tout sur l'ours, ses mythes, ses légendes, comment on le chasse et le cuisine.
    Et encore bien d'autres curiosités à travers cette encyclopédie méthodique aussi festive que documentée et critique, basée sur deux siècles de représentations de l'ours (publicités, films, cartes téléphoniques, buvards, affiches, timbres, livres pour enfants. ). martin, ce "frère de l'homme", existe-t-il encore ou bien n'est-il devenu qu'un fantasme collectif, un fantôme culturel? l'esprit de l'ours ne serait-il que l'ombre de l'homme?.

  • Alors que depuis quelques années, on assiste régulièrement à des représentations de chefs-d'oeuvre du cinéma muet, assorties d'un accompagnement musical original, il peut paraître utile et agréable de se plonger dans la très riche histoire du genre.
    Après quelques balbutiements expérimentaux, la merveilleuse ère du cinéma a commencé le 28 décembre 1895, avec la première représentation publique des frères lumière dans les sous-sols du grand café à paris. de la vente aux forains de petits bouts de films, on est insensiblement venu au système de la location à des établissements spécialisés et sédentaires. puis, les petits films firent bientôt place à la notion de spectacle, avec des histoires structurées, interprétées par des acteurs spécialisés, présentées en une seule séance.
    Parfois, il arrivait que quelques films très importants fussent transformés en épisodes ou "époques", projetés plusieurs semaines consécutives. aux etats-unis, en 1914, initié par le français louis gasnier pour pathé, avec pearl white comme héroïne dans les mystères de new york, naissait le serial américain en dix, voire douze épisodes ou plus. l'épuisement d'une europe en guerre, faisait perdre à la france sa première place mondiale en matière de cinéma, cependant que les cinémas allemands et italiens perdaient leur importance.
    Parallèlement, se créait outre-atlantique une véritable industrie américaine du cinéma, bientôt dominée par les six "majors" de l'époque: fox, mgm, paramount, universal, united artists et warner bros. on connaît la suite. en france, deux majors - modestes par rapport aux américaines - ont émergé, et bravant le temps, sont aujourd'hui plus que centenaires. elles ont pour nom gaumont et pathé. c'est ce long chemin, depuis 1895 jusqu'à la généralisation du parlant, au cours de la saison 1929-1930, que le lecteur suivra, en appréciant au passage les rares et nombreuses illustrations, en provenance de la collection de l'auteur.

  • Qui aujourd'hui se souvient des conscrits, de ces traditions qui furent longtemps ancrées dans notre société, créant un véritable lien social entre les classes? l'esprit des conscrits présente et préserve cette mémoire de deux siècles de conscription, de la loi jourdan du 5 septembre 1798, au 21 février 1996, date à laquelle jacques chirac, président de la république, annonça la fin du service militaire - et par conséquence du folklore et des histoires de copains de régiment qui y étaient liés.
    Tous les souvenirs de conscription réunis dans ce livre, du plus simple au plus rare, voire parfois unique, nous raconte la riche histoire populaire de notre pays, la france.

  • Les représentations de l'âne dans la littérature enfantine sont innombrables ; on le rencontre partout et dans tous les genres : fables, romans, albums, comptines...
    Cette omniprésence s'explique facilement par le fait que l'âne a longtemps vécu dans une grande intimité avec l'homme, comme le montrent les données démographiques (10 ânes pour 1 000 habitants jusqu'à l'ère industrielle) ou les données économiques sur l'utilité de l'âne et son rendement au travail. Les représentations de l'âne dans la littérature enfantine sont loin d'être univoques ; il est tantôt valorisé à l'excès, et on lui prête alors des qualités d'intelligence, de bonté, de patience et d'endurance, tantôt dévalorisé à l'extrême, et on lui prête alors les défauts de stupidité, d'entêtement, de méchanceté ou de paresse ; au-delà des justifications qu'apporte la biologie à ces traits de caractère, cette ambivalence renvoie, au fond, à la complexité de l'enfant, qui est lui-même tantôt intelligent, tantôt bête, tantôt gentil, tantôt méchant, tantôt travailleur, tantôt paresseux.
    Les textes où intervient un âne jouent presque toujours sur un mécanisme d'identification : l'âne est pour le lecteur enfant, un autre lui-même ; il joue le rôle de miroir. La littérature enfantine poursuit généralement plusieurs buts : un but ludique (amuser), un but pédagogique (instruire), un but moral (dire le bien) et un but psychologique (aider la personnalité à se construire en représentant des conflits).
    Dans tous les cas, l'âne est là, dans la littérature enfantine, pour aider l'enfant à grandir.

  • Ce traité brouettique, pour paraphraser un livre désormais introuvable, nous invite à nous défaire de notre indifférence et nous invite à parcourir le temps et le monde pour comprendre l'origine de cet outil indispensable au labeur des hommes, à découvrir son évolution au fil des siècles.De page en page, chaque tour de roue nous rapproche des territoires de l'enfance, de la vie du jardin potager, des échos du lavoir, de l'effervescence d'une cour de caserne, des métiers oubliés et de traditions aujourd'hui disparues.
    C'est à une promenade que nous convie le chant de notre mythique brouette, à une balade abondamment illustrée de documents anciens, photos, cartes postales et dessins documentaires pour dire combien elle a tenu et tient encore un rôle discret mais néanmoins prépondérant dans la marche de tous les pays du monde. Une iconographie rare et un texte élaboré après des années de recherches vont nous raconter les quatre saisons d'une amie de toujours.

  • Ah ! Normandes d'antan ; de la duchesse Gonnor, " belle rose florie et lys du matin ", à " Mahaut l'Empereiss " en passant par Elvire d'Evreux, Isabelle de Conches, Bertrade de Montfort, comtesse d'Anjou puis reine de France, votre célébrité cependant devra pâlir de jalousie devant la plus illustre d'entre vous toutes et qui pourtant ne fut jamais célébrée avant Gérard Roger.
    Car, c'est bien à une obscure, une petite, une sans-grade, une humble fermière fromagère que revient l'honneur de faire flotter haut et fort dans le monde entier la bannière de la Normandie : Marie Harel : Madame Camembert. C'est d'elle qu'il s'agit, elle dont le royaume s'étend d'Oslo à Cap Town, de Tokyo à New York sur toutes les bonnes tables où fleurit le roi des fromages. J'ai même mangé en Suède du camembert frit à la confiture d'airelles...
    Et, n'en déplaise aux puristes, c'était délicieux ! Remember ! N'oubliez jamais ! : un bon camembert, un vrai camembert, c'est fabriqué uniquement dans la Normandie de l'herbe tendre, c'est un fromage AOC (Appellation d'origine contrôlée) aux normes de fabrication bien définies, c'est au lait cru, c'est moulé à la louche... Et surtout - de grâce ! - ne " l'épluchez pas " et ne vous privez pas de ce précieux " Penicillium candidum " qui donne à sa chair intime cette suave splendeur des grandes choses de la vie ! " Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute...
    ! " RUBEN M.-G. MOËLMER

  • Un des plus fréquentés, aimés et... détestés objets de la vie quotidienne, le fer à repasser vante une histoire millénaire qui accompagne les grands changements historiques, le développement de la mode et du costume et les vagues d'innovation technologique. L'esprit du repassage narre cette évolution et trace une fresque des instruments pour repasser dans le monde d'hier et dans la société actuelle. Les auteurs ont mis à disposition leur vaste connaissance et documentation pour introduire le lecteur aux mystères de ces instruments et répondre aux questions les plus récurrentes comme aussi à celles les plus inusuelles. De quand date le premier fer ? Quels matériaux et quelles formes ont été utilisées à travers les temps ? Comment repassaient les Égyptiens, les Romains et les Vikings ? Quels sont les fers les plus beaux ? et le plus curieux ? Pourquoi les hommes repassent-ils de plus en plus ? Quel est le record du monde du repassage ? Est-ce qu'on repassera encore dans l'avenir ? Et comment ? Il émerge de ce panorama complet du sujet une vision fascinante tant le domaine était jusqu'à présent largement inexploré.

  • Depuis bientôt deux siècles, la photographie a exploré tous les domaines, depuis les grands événements mondiaux jusqu'aux petits faits de la vie quotidienne, en passant par les portraits et les reportages en tout genre : du coeur des volcans aux vues du ciel les plus inattendues mais si artistiques, la Terre a dévoilé beaucoup de ses richesses et de sa beauté.
    Parmi les " niches " qui restent à explorer, l'une touche directement le patrimoine et se rattache à l'Histoire : les dates sculptées sur les constructions qui modèlent nos villes et nos campagnes. Profitant du soleil et du ciel bleu, allons nous promener le long des rues : quartiers anciens, vieilles ruelles, hôtels particuliers et modestes bâtisses aujourd'hui rénovés, nous invitent au voyage dans l'espace et le temps, à la découverte des dates.
    Situées à mi-hauteur, il faut lever la tête pour les repérer et remonter le cours de l'Histoire. Certes, dans le tiercé de ces inscriptions chiffrées, il sera impossible de retrouver 732 (la bataille de Poitiers), mais vous aurez tout loisir de découvrir 1515 (La bataille de Marignan), 1789 (La Révolution française) et des milliers d'autres : elles sont partout. La date se trouve en effet sur d'innombrables supports, en pierre, bois, métal et même minéral : mur d'enceinte, porche d'entrée, linteau de fenêtre, heurtoir de porte, vitrail, souche de cheminée, girouette, cadran solaire, ou encore fauteuil, ex-voto, livre, bijou : accompagnée soit d'initiales ou de messages (grec, latin, français, allemand), soit de symboles représentant les métiers, elle témoigne à sa manière de la vie quotidienne de nos ancêtres et du temps passé.
    Ce temps, éternellement mesuré avec des échelles diverses et nombreuses, est impossible à saisir, dit-on : le moyen de le capturer, un instant, mais un instant qui peut durer des siècles, c'est de le photographier dans sa matérialité la plus simple : dès lors, pour retrouver le passé, partons à la chasse aux dates, au-delà des siècles et des frontières, agréables instants de solidarité entre les peuples.

  • De tout temps la plante a intrigué, étonné ou passionné l'être humain qui, avant même de la cultiver, a su en admirer tant la force que l'extrême fragilité, jusqu'à trouver une analogie intime entre sa propre vie et celle du végétal.
    Mère ou compagne généreuse, vecteur de guérison et d'abondance, symbole de spiritualité et de connaissance, la plante fut aux côtés de la toute première humanité pour la soutenir et la rassurer. Présente à chaque étape de la vie de l'homme, invitée d'honneur des cérémonies profanes ou sacrées, elle facilita les échanges entre le commun des mortels et les puissances créatrices, se posant en interlocutrice privilégiée auprès des peuples désireux de connaître ou de reconnaître les dieux.
    Cette relation particulière entre l'être humain et le végétal a engendré les grands mythes fondateurs, noyaux des civilisations anciennes, mais aussi les légendes et les croyances qui nous parlent encore aujourd'hui de la magie du vivant. Transmis de génération en génération, ces récits fabuleux se sont transformés au contact des cultures, des croyances religieuses et des expériences personnelles de chacun.
    En voici une cinquantaine regroupée pour la première fois dans un recueil largement illustré où amateurs de botanique et amoureux de la nature trouveront matière à sourire mais surtout à rêver...

  • " Nous avons tous une petite bique dans la tête...
    " Qui sont la chèvre, son chevreau et le bouc ? De sa domestication aux élevages les plus modernes, voici 10 000 ans que la gent caprine côtoie l'humanité. Elle n'est pas seulement productrice de peau, de poils, de viande, puis de lait et de fromage. Elle procure du plaisir, et, bien plus, de l'imaginaire ! Elle peut être Amalthée, Capricorne ou Cabre d'Or. Mais aussi dévoreuse de choux, dévastatrice de forêts, diabolique ou bouc émissaire jusqu'à incarner le diable médiéval.
    La chèvre peut être femme soumise telle que le souhaitait monsieur Seguin, rebelle se confrontant au loup (l'homme) ou sorcière. Fables, légendes, contes, mythes, toponymie, fêtes en Europe, confréries, musiques, créations artistiques... Tout ce qui se rapporte à l'esprit de la chèvre est systématiquement étudié dans ce livre. Ecrit par un chevrier, L'Esprit de la Chèvre, qui est tout sauf un livre technique, où l'humour apporte une touche sensible, se veut à la croisée des chemins, tant symbolique, que mythologique ou légendaire, et représente l'aboutissement d'un travail de recherches de plus de quinze ans.

  • La France est le pays du camping.
    C'est en France que l'on compte le plus de terrains de camping dans le monde, à raison d'un terrain pour trois villes ou villages environ. Et le nombre s'accroît tous les jours. C'est aussi en France qu'il y a le plus de campeurs qui pratiquent toutes les formes de camping. Nous sommes ainsi plus de dix millions à avoir ce plaisir à portée de main. Camping traditionnel en tente comme les intellectuels sportifs du début du XXe siècle, camping confortable avec la caravane, camping résidentiel en mobile home qui constitue désormais le 1er mode d'hébergement de vacances ou itinérant avec le camping-car, toutes ces variantes forment la grande famille du camping.
    Ces différents habitats permettent aux campeurs, amoureux de la nature et d'activités de plein air, de s'épanouir, de nettoyer leur corps et de libérer leur esprit des tensions accumulées au cours de l'année. Faire du camping, quelles qu'en soient ses modalités ou sa durée, c'est se régénérer que l'on soit très jeune, jeune ou encore jeune, très sportif ou plus attiré par la contemplation. Pratiquer le camping un peu, beaucoup, énormément, voire passionnément, c'est aussi avoir l'esprit du camping fait de chaleur, de simplicité, de fraternité et d'échanges entre les campeurs.
    C'est aussi savoir observer, comprendre ce et ceux qui nous entourent et savoir transmettre aux plus jeunes des valeurs que nous allons retrouver tout au long du XXe siècle et qui sont profondément inscrites dans notre histoire collective si riche. C'est enfin un style de vie étonnant de modernité, que certains croient dépassé car ils méconnaissent les évolutions et les mutations permanentes de ce mode de vie.
    Comment se manifeste concrètement l'inventivité des campeurs fondée sur un nomadisme caractérisant notre début du XXIe siècle ? Pourquoi ont-ils été de tels innovateurs ? Et plus largement, quelles sont les raisons qui poussent plusieurs millions de personnes chaque année en France à faire du camping ? C'est à ces questions que répond l'Esprit du camping, écrites par deux pratiquantes passionnées de camping qui ont réuni, depuis plusieurs années, une collection exceptionnelle d'objets et de livres dédiés au camping.

  • L'air est doux, le ciel est bleu, l'herbe reverdit, les bourgeons font éclater leurs écailles roussâtres pour s'épanouir au soleil.
    L'hiver est donc fini ? Oui car voici l'hirondelle. Rapide, elle fend l'air, jetant des cris aigus, elle va, tourne et revient. Et si l'hirondelle ne fait pas le printemps, elle l'annonce ! " Ce n'est pas encore le bonheur mais déjà l'espérance ", affirme la sagesse populaire. L'oiseau, seul capable de voler, se voit attribuer un statut d'intercesseur entre les divinités célestes et l'homme cloué au monde terrestre, cette capacité de s'affranchir de la pesanteur fait de certaines espèces un symbole de liberté.
    L'hirondelle plus qu'une autre retient l'attention par son élégance, sa légèreté, sa familiarité et sa fidélité au lieu qui l'a vue naître. Sous toutes les latitudes, c'est l'oiseau le plus apprécié des hommes. Mystère d'une double vie, éternel retour, cette messagère est associée à des symboles contrastés de grands bonheurs et de versatilité. Dans ce livre si bien documenté, abondamment illustré où l'histoire s'ajoute au conte et la poésie à la littérature, René Volot a collationné les multiples formes de transmissions des images que véhicule l'hirondelle, leur puissance d'évocation allant jusqu'à rendre sensibles les aspirations, les sentiments et les rêves qui dorment invisibles au fond des âmes, il les chante, il les peint en 21 chapitres qui marquent à jamais en nous l'Esprit de l'Hirondelle.

empty