• En cherchant Parvulesco Nouv.

    Qui était Jean Parvulesco (1929-2010) ? De ce mystérieux écrivain d'origine roumaine, auteur de plus de cinquante livres, on ne sait presque rien. Les cinéphiles se souviennent que, dans À bout de souffle de Jean-Luc Godard, il est incarné l'espace d'une scène par Jean-Pierre Melville. Chapeau, lunettes noires, il descend d'un avion. Sur le tarmac, il est assailli par les journalistes. À la question de savoir quelle est sa plus grande ambition dans la vie, il répond : « Devenir immortel, et mourir. ».
    Christophe Bourseiller a bien connu Godard, pour lequel il a tourné plusieurs fois quand il était enfant. Des années plus tard, il a rencontré Parvulesco. L'énigme est restée entière. Il a relu son oeuvre fantôme, mené l'enquête sur ce personnage de l'ombre qui fut tour à tour un passager clandestin de la Nouvelle Vague et l'ami intime d'Éric Rohmer, un dandy fascisant et un poète ésotérique. L'inclassable Parvulesco est mort depuis dix ans. Son immortalité commencerait-elle maintenant ?

  • Ils ont pour nom de guerre les « Black Blocs », les antifas, les autonomes, les zadistes. Ils se définissaient hier comme situationnistes, conseillistes, luxemburgistes, marxistes libertaires, anarcho-communistes.
    Ce sont eux les « infiltrés », les « provocateurs », les « casseurs » qui, au sein des manifestations, affrontent les policiers, vandalisent les commerces, dégradent les monuments. Eux qui occupent et radicalisent les fronts politiques, humanitaires ou écologiques, qui ferraillent au nom des Gilets jaunes, des sans-papiers, des néoruraux, des altermondialistes. Eux qui s'emparent de chaque foyer de contestation pour en faire un axe d'insurrection.
    Ils forment l'ultra-gauche, cette mouvance qui se veut à la gauche de l'extrême gauche.
    On la croyait finie. Elle est aujourd'hui plus active que jamais.
    /> Christophe Bourseiller nous fait découvrir l'histoire de cette nébuleuse dissidente et la géographie de cet univers militant. Il raconte la chronique secrète de cette avant-garde critique de l'idéologie mais aussi de la culture, de la pensée, des arts. Il dessine le culte de la violence révolutionnaire qui l'anime.
    Une plongée sans égale dans les marges.
    Un travail d'investigation éblouissant, éclairant, indispensable.

  • Astre noir de la littérature, cultivant le paradoxe et la provocation, Guy Debord demeure aujourd'hui plus célèbre et fascinant encore que de son vivant. Son oeuvre, dont le titre le plus connu est La Société du spectacle, ouvrage prophétique, a trouvé des millions de lecteurs un peu partout dans le monde.
    Christophe Bourseiller, dans ce livre qui a fait date à sa sortie en 1999, en enquêteur obstiné et implacable, réussit le pari de reconstituer le parcours de Guy Debord, pourtant rempli de zones d'ombre, depuis l'enfance et les amitiés avec les surréalistes, jusqu'à son suicide en 1994. Il met en lumière le rôle intellectuel et historique de ce penseur iconoclaste, fondateur et chef de file du mouvement situationniste, à la fois brillant analyste et farouche ennemi de la société contemporaine. La magie de ce livre est de rassembler les pièces éparses du « puzzle Debord » pour donner sens à un apparent chaos.

    Édition revue par l'auteur et enrichie d'une préface inédite @ Disponible chez 12-21 L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE  

  • Quel romancier promenait son homard en laisse dans les jardins publics parisiens ?
    Quelle icône de Hollywood martyrisait ses enfants ?
    Quel écrivain aimait par-dessus tout décapiter des rats dans des bordels ?
    Quel musicien vivait dans un placard, entouré de dizaines de parapluies ?
    Quel philosophe étrangla sa femme sans en avoir conscience ?

    Franchement cinglé Van Gogh ? Dangereusement azimuté Maupassant ? Bon pour l'asile Kubrick ? Dans une savoureuse galerie de portraits, Christophe Bourseiller dévoile la folie des génies. Sous sa plume enlevée, ils apparaissent, saisis sur le vif, dans leurs excès quotidiens et leurs délires parfois meurtriers. Paranoïaques, maniaques, fantasques, superstitieux ou redoutablement névrosés... : un tour d'horizon des grands esprits qui ne tournaient pas rond.

    Avec la participation involontaire de Blaise Pascal, Friedrich Nietzsche, Vincent Van Gogh, Marcel Proust, Virginia Woolf, Erik Satie, Salvador Dalí, Stanley Kubrick et bien d'autres !

  • Voici un livre qui entend inventorier et mettre en valeur les apports intellectuels des extrêmes gauches. Car alors qu'elles semblaient marginales il y a quelques années, voilà qu'elles reparaissent en pleine forme, susceptibles d'anticiper et de formuler des débats qui intéressent la société toute entière.
    Il y a des idées neuves à l'extrême gauche. Celle-ci a laissé derrière elle le culte du parti et du Grand Soir pour adopter les révolutions minuscules, le goût du réseau, la revitalisation de la démocratie directe... En France et en Europe, les extrêmes gauches initient des débats, pointent des dysfonctionnements, proposent des pistes.
    Christophe Bourseiller, en analyste qui a épousé son temps avec appétit mais aussi avec une lucidité très en avance sur ses contemporains, explore le gai savoir des extrêmes gauches. En amoureux des marges de la société, il sait que bien souvent, c'est d'elles que sort la nouveauté.

  • Les faux messies

    Christophe Bourseiller

    Ils pullulent, les Christs revenus, les messies arrivés et les Mahdis libérateurs. On recense entre l'an 1 de l'ère chrétienne et ce début du xxie siècle le surgissement de cent quatre-vingt pseudo-messies, dont on trouvera ici la biographie scintillante et détaillée. Ces personnages baroques et flamboyants, pervers et inquiétants, ont rassemblé à leur époque des millions de disciples à qui ils ont prétendu apporter l'espérance et offrir un âge d'or pour mieux les mener à leur perte.
    Aujourd'hui même, il n'y pas moins de vingt messies en activité, parmi lesquels Raël qui attend les extraterrestres, Inri Cristo, sosie absolu de Jésus, Maitreya qui se cache en attendant son avènement, Shoko Asahara, le leader sanglant de la secte japonaise Aum, Yahweh ben Yahweh qui règne aux États-Unis sur un gang implacable, ou encore Marina Tsvigun qui rassemble en Russie des milliers de disciples pâmés.

  • Certaines « unes » font l'histoire, quand d'autres l'immortalisent en marquant les esprits à tel point que, bien plus tard, on se souvient d'un événement sous la forme d'un titre ou d'une photographie de presse.
    D'autres sont fameuses pour avoir été les pionnières d'une évolution technique appelée à bouleverser le journalisme et les outils de l'information. Quelques-unes, enfin, sont restées célèbres pour avoir diffusé des nouvelles qui se sont avérées fausses.
    En voici cent, puisées parmi les plus remarquables que la presse française a pu produire. Toutes racontent une histoire, toutes ont leur propre histoire. Celle qu'éclaire Christophe Bourseiller en regard de la reproduction de ces unes exceptionnelles.

    Parmi elles :

    - Le Journal de Paris : les États Généraux (1789).
    - Charivari : Louis-Philippe en poire (1834).
    - L'Illustration : première photo en une (1891).
    - L'Aurore : J'accuse de Zola (1898).
    - L'Humanité : assassinat de Jaurès (1914).
    - La Presse : fausse annonce de la traversée de l'Atlantique par Nungesser et Coli (1927).
    - Paris-Soir : La guerre est déclarée (1939).
    - Défense de la France : le n° 1 (1941).
    - Le Parisien Libéré : Paris est vengé (1944).
    - Le Monde : Hitler est mort (1945).
    - Elle : Brigitte Bardot en couverture (1949).
    - Les Lettres françaises : Ce que nous devons à Staline (1953).
    - L'Express : la guerre d'Algérie (1958).
    - Lui : le petit livre rouge et les filles nues (1967).
    - Hara Kiri Hebdo : Bal tragique à Colombey (1970).
    - Le Nouvel Observateur : Manifeste des 343 salopes (1971).
    - Combat : Silence on coule (dernier numéro, 1974).
    - Libération : Appel du 18 Joint (1976).
    - Paris Match : mort de Mao (1976).
    - Le Matin de Paris : Mitterrand Président (1981).
    - L'Équipe : 50 millions de Noah (1983).
    - Le Journal du Dimanche : mort de Lady Di (1997).
    - Libération : Obama, We have a dream (2008).
    -Charlie-Hebdo/Charia Hebdo : Mahomet en une (2011)...

  • C'est un complot!

    Christophe Bourseiller

    • Lattes
    • 12 Octobre 2016

    Une enquête sur les milieux conspirationnistes, qui résultent d'un système de pensée clos prétendant reconstruire un réel en permanence dissimulé par les puissants.

  • Nous l'observons chaque jour, dans les journaux, à la radio et à la télévision ou sur Internet. Pieuvre géante, Golem envahissant, fantasme collectif et Grande Peur des biens pensants, l'extrémisme s'impose comme une donnée récurrente. Il sculpte l'actualité. On évoque en vrac un "art extrémiste", des "extrémistes de la cuisine", tout autant que des "Etats extrémistes", des "extrémistes religieux", ou des "partis extrémistes "...
    Le paradoxe, c'est que l'extrémisme est en parallèle largement délaissé par les sciences politiques, qui peinent à identifier cet angoissant OVNI .. Il manquait sur le phénomène un ouvrage de référence, observant avec précision l'extrémisme politique, dans le but d'engager un processus de définition.

  • "La vie n'est-elle au fond qu'un puzzle dont on assemble les pièces, d'un livre à l'autre ? J'ai voulu raconter une initiation, ou encore ce qui pourrait ressembler à une rencontre manquée, mais est-ce le cas ? Ombre et lumière s'entremêlent et la toile se tisse.
    Franc-maçon, je l'ai été pendant de nombreuses années, en un destin parallèle et secret. Le suis-je encore? On demeure initié, envers et contre tous. Ce livre n'a rien d'un réquisitoire... A l'inverse, il ne doit nullement être considéré comme un plaidoyer pro domo. Il ne s'agit ni d'un manuel, ni d'une hagiographie. Une troisième voie est-elle envisageable ?
    Je tente au fil des pages de l'esquisser.
    L'ouvrage narre vingt années d'initiation, intimement imbriquées dans de multiples vies. Je reste un maçon franc, sincère. Je voulais témoigner.
    C'est fait."

  • Depuis que les Français l'ont découvert dans Un éléphant, ça trompe énormément, Christophe Bourseiller fait partie de la famille. S'il s'invite aujourd'hui à déjeuner, c'est pour nous raconter ses mille et une vies d'enfant de la balle.
    Acteur, écrivain, homme de radio, de télévision, spécialiste des mouvements extrémistes, des contrecultures et des théories du complot... cet iconoclaste n'a eu de cesse de se tourner vers les autres et de questionner son passé tumultueux. Aragon, Yves Robert et Danièle Delorme, Andy Warhol et Jean Genet, Jean-Luc Godard et Claude Lelouch ont été ses plus belles rencontres.
    Autant de personnalités, attachantes et hautes en couleurs, à travers lesquelles il se livre, au fil de souvenirs douxamers, pour un autoportrait poignant et inattendu.
    /> Un livre d'amour et d'humour.

  • Qui l'eut cru ? La France bouge, tressaute et se renouvelle sans cesse... Êtes-vous libertin, libertarien, bouddhiste, sadomasochiste, primitiviste, trotskiste, gothique, marxiste-léniniste, indigné, anarchiste, antoiniste, rosicrucien, fou de Techno, punk, skinhead, rasta, franc-maçon, sataniste, polyamoureux, néopsychédélique, hipster, païen, roots, geek ou no life ? Bienvenue au royaume des minoritaires qui composent un bien fascinant paysage. Pour le plaisir, Christophe Bourseiller a sélectionné des lieux au caractère étrange, baroque et marginal : bars et lieux de vie, disquaires, librairies, boutiques de mode, antiquaires, restaurants, boîtes de nuit... À ces lieux provisoires, il a ajouté des monuments sauvages et autres mausolées interdits, qui sculptent l'étrangeté d'une France éruptive, anti-système et contre-culturelle.

    Essayiste, écrivain et acteur, Christophe Bourseiller présente la nuit l'émission Electromania sur France Musique. Il a publié une trentaine d'ouvrages sur des sujets aussi divers que les extrémismes politiques, les musiques industrielles ou les contre-cultures. Gourmand et curieux, il sillonne la France à la découverte de ses mystères.

  • Souvenez-vous...C'était la fin des Trente Glorieuses, la Guerre Froide battait son plein, Reagan menait la guerre des étoiles contre Brejnev, et la France de Giscard découvrait la crise. La campagne présidentielle de 1981 fut une joute politique comme le pays n'en avait pas connu depuis la guerre d'Algérie. Coluche se présente en candidat poil à gratter, l'écologie naissante balbutie avec Brice Lalonde « Votons pour la vie ! », Arlette Laguiller et Huguette Bourchardeau tiennent fermement l'aile gauche aux côtés de Georges Marchais. A droite, c'est la course à l'échalote : de Marie-France Garaud à Jacques Chirac en passant par le président sortant, chacun promet « le président qu'il vous faut », « le langage de vérité ». François Mitterand, qui ourdit depuis 5 ans son plan de conquête du pouvoir et d'union de la gauche, mène une campagne de rassemblement: « Le vrai risque serait de ne pas changer ». Le 10 mai 1981 à 20h00, les Français découvrent sous le choc que la France vient de voter rose et d'élire François Mitterand président. Alors que certains préparent leurs valises pour fuir la menace de chars russes aux portes de Paris, d'autres vont fêter à la Bastille cette alternance politique qui sonne comme une promesse de révolution. Christophe Bourseiller, témoin et déjà collectionneur à l'époque de tracts politiques, journaux, affiches et documents en tous genres, raconte ici pour la première fois, archives personnelles à l'appui, l'histoire de cette aventure et de ces quelques jours de folie qui ont fait trembler la France. Un livre d'histoire et de nostalgie pour revivre toute une époque et comprendre cette ferveur politique qui a bouleversé l'opinion avant de modifier en profondeur la société.

  • « La vie n'est-elle au fond qu'un puzzle dont on assemble les pièces, d'un livre à l'autre ? J'ai voulu raconter une initiation, ou encore ce qui pourrait ressembler à une rencontre manquée, mais est-ce le cas ? Ombre et lumière s'entremêlent, et la toile se tisse. Franc-maçon, je l'ai été pendant de nombreuses années, en un destin parallèle et secret. Le suis-je encore ? On demeure initié, envers et contre tous.
    Ce livre n'a rien d'un réquisitoire... À l'inverse, il ne doit nullement être considéré comme un plaidoyer pro domo. Il ne s'agit ni d'un manuel, ni d'une hagiographie. Une troisième voie est-elle envisageable ? Je tente au fil des pages de l'esquisser.
    L'ouvrage narre vingt années d'initiation, intimement imbriquées dans de multiples vies. Je reste un maçon franc, sincère. Je voulais témoigner. C'est fait. »

  • Lutte armée

    Christophe Bourseiller

    • Toucan
    • 4 Février 2009

    Venu des Brigades Internationales, Joseph Mat va connaître lors de la seconde guerre mondiale la clandestinité et les luttes intestines de la Résistance. Arrêté, il s'évadera avec Antoine Sperone et fera la connaissance de la bande de Bony Lafont. Après la Libération, il va participer aux actions d'anciens collabos en Italie et en Espagne. Puis, briseur de grèves au sein de la bande Guérini et Cie, il passe aux premiers braquages et part se réfugier en Algérie. Pendant l'insurrection algérienne, Joseph Mat participe aux trafics menés par la DST. Mais dans l'Algérie en guerre, son passé va le rattraper.

  • Qui êtes-vous ? Michel Maffesoli Théoricien de la postmodernité, phénoménologue des tribus, décrypteur du présent, Michel Maffesoli est principalement affilié aux oeuvres d'Émile Durkheim, de Georg Simmel, de Max Weber, de Gilbert Durand, d'Edgar Morin, des situationnistes et de Jean Baudrillard. À l'inverse de tous ceux qui tentent de réhabiliter les grands récits idéologiques, il dépeint dans ses livres phares (La Logique de la domination, La Violence totalitaire, L'Ombre de Dionysos, Au creux des apparences ou Le Temps des tribus) un cosmos pluriel et mouvant, dans lequel tribus, groupuscules et réseaux se font, se défont continuellement. Maffesoli braque le regard sur les multiples cultures, sous-cultures et contre-cultures qui constituent la matrice du grouillement postmoderne. Il délimite sans cesse des champs provisoires. On dirait qu'il écoute l'herbe qui pousse. Il pense l'époque présente. Une phrase résume au final sa pensée originale et paradoxale : « La société est plusieurs. » Christophe Bourseiller

  • À l'heure du quarantième anniversaire de Mai 68, il est temps de rendre justice à un autre séisme, dont l'ampleur demeure insoupçonnée.
    De 1975 à 1981, le punk et la new wave réactualisent l'expérience des limites dans une authentique révolution culturelle. Voici une génération de musiciens (Ian Curtis, Johnny Rotten, Robert Smith, Joe Strummer, Johnny Thunders), de cinéastes (David Lynch, Christopher Petit, Amos Poe, Julian Temple, Derek Jarman), d'écrivains (Alain Pacadis, Yves Adrien, Lester Bangs), de couturiers (Vivienne Westwood, Jean-Charles de Castelbajac, Thierry Mugler), de plasticiens (Raymond Pettibon, Kiki Picasso) qui tous partagent la même vision : exit le Grand Soir, adieu les bons sentiments, les nobles causes et le rêve communiste. Place à la noirceur du pessimisme combatif et du nihilisme froid.
    Nul n'avait encore raconté l'histoire globale, bruyante et fascinante, de cette révolution inconnue.
    Génération chaos est le roman noir d'une génération que la new wave a mise K.-O.

empty