• Quelle était la figure historique du Bouddha et qu'est-ce que le bouddhisme ? Les hauts lieux de la vie de l'« Éveillé » comme les aires de diffusion de sa pensée permettent d'approcher la pensée bouddhique et d'en découvrir les représentations. Équivalent à un Dieu pour certains ou représentatif d'un potentiel inhérent à tous les êtres humains pour d'autres, le Bouddha propose une vision du monde originale où il est question d'un bonheur véritable, construit au fond de soi, comme par contraste avec les mirages offerts par le monde des apparences et les frustrations nées de l'hypertrophie des désirs. Ainsi, ce Bouddha d'Orient, apparemment si lointain, nous ramène à nous-mêmes et l'on peut mieux comprendre alors pourquoi il fascine depuis si longtemps tant d'Occidentaux.

  • « Saint-Malo, un nom qui sonne comme un rêve éveillé et fait jaillir sous mes yeux des images insolites. La mer d'abord, aux mille couleurs changeantes, qui épouse le ciel, le soleil ou les nuages, et ne se laisse enfermer que temporairement dans ce vert émeraude auquel on l'a identifiée. Les bourrasques de vent, ensuite, qui soulèvent des vagues géantes, font plier les arbres et gémir les maisons, et menacent de vous arracher à la pesanteur. (...) En fait, Saint-Malo ne se résume pas pour moi à une station balnéaire. Je ne m'y suis jamais projeté en touriste. Au coeur de mon imaginaire, je l'ai dit, la cité corsaire me donnait des ailes, me ramenait au coeur de ma vocation d'écrivain. » Marc Tardieu est né en 1959. C'est en consacrant un livre à son grand-père bougnat qu'il développe son intérêt pour l'histoire et la vie quotidienne des communautés de provinciaux auvergnats et bretons - à Paris. Par la suite, il rédige plusieurs ouvrages sur les immigrés métropolitains (africains, antillais), dont la condition l'a toujours préoccupé. Il est aussi traducteur et directeur de la collection « Gens d'ici ou d'ailleurs » aux éditions du Rocher.

    L'ambitieuse collection « Pour l'amour de », éloge géographique du voyage en France, avec 6 nouveaux titres à paraître, se réjouit d'accueillir des auteurs du patrimoine littéraire, en même temps que des auteurs contemporains, qu'ils soient français ou étrangers

  • Procès d'un négrier

    Marc Tardieu

    • Rocher
    • 5 Avril 2007

    Récit de la première condamnation d'un armateur de bateau négrier à Nantes en 1823, reconstituée à partir de nombreux documents d'archives. L'auteur évoque un moment-clé de la conscience d'une ville, qui, après s'être enrichie durant le XVIIIe siècle grâce à la traite des esclaves, décide de tourner la page. Il aborde la collusion entre juges et notables, la complaisance des religieux...

    Mars 1823. Pour la première fois, l'armateur d'un bateau négrier est condamné à Nantes. Procès d'un négrier nous plonge au coeur de la conscience d'une ville qui, après s'être enrichie tout au long du XVIIIe siècle grâce à la traite des esclaves, décide de tourner la page. Cette mutation fut douloureuse, tant la collusion entre juges et notables locaux, la complaisance des autorités religieuses en place, la participation de tous à un trafic alors qualifié de commerce favorisaient le statu quo.
    Procureur et évêque, armateur sans scrupules et capitaine repenti, chirurgien de marine et ancienne esclave devenue servante sont les personnages complexes, attachants ou odieux, lâches ou héroïques, de ce drame qui reflète une part de notre histoire commune. Mais sommes-nous si différents ? Les discriminations présentes ne sont-elles pas le fruit de ces horreurs passées ? Et notre époque n'a-t-elle pas aussi ses propres négriers, trafiquants d'armes et autres oe
    Au-delà du contexte historique, ce roman peut se lire comme le procès de l'argent et du calcul économique lorsqu'ils se font les fossoyeurs de notre humanité.

  • Genealogie d'un metis

    Marc Tardieu

    • Rocher
    • 6 Avril 2006

    Le problème, aujourd'hui, c'est cette bonne femme dans le bistrot d'en face. Elle te fait des grands sourires, mais derrière... L'autre fois, elle a même refusé de me servir. Incroyable ! Et tous ces Noirs qu'elle nous ramène, hein ? Je les vois discuter sur le trottoir, bien après la nuit tombée. Et ensuite, quand les honnêtes gens dorment ? On n'est plus là pour voir ce qu'ils font. Dans le Paris de l'après-guerre, Délia et Milou tiennent un bistrot face à la gare du Nord. Elle est guadeloupéenne, lui auvergnat, et leur réussite, suscitant bien des jalousies, les mènera au drame. De leur couple est né un fils, Adrien. Des années plus tard, il partira à la quête de ses origines multiples. Un voyage plein de surprises qui nous fera à la fois traverser les dernières décennies du XXe siècle et remonter jusque dans un passé très lointain. Et si Généalogie d'un métis n'était pas seulement l'histoire du héros de ce roman mais aussi celle de chacun d'entre nous ?

  • Dans son dernier sermon, à Vaishali, le Bouddha annonça sa mort prochaine à ses disciples. Puis il partit vers le nord en direction de Lumbini, son lieu de naissance, mais une intoxication alimentaire l'arrêta en chemin et, affaibli, il décida de pousser son dernier soupir à Kushinagar, à l'époque capitale d'un puissant Etat de l'Inde. S'engageant sur les pas de Bouddha, l'écrivain Marc Tardieu a effectué à son tour cette marche de 226 kms dont il nous livre le récit au jour le jour. Cartésien et spirituel, poétique et didactique, ce récit conduit le lecteur dans cette Inde du coeur ont souvent il ignore l'existence.

  • Diplômées d'aujourd'hui. Avec une approche à la fois historique et sociologique, l'auteur retrace l'épopée des Bretons partis à la conquête de la capitale en se fondant sur de nombreux témoignages, documents d'archives et surtout articles de presse, extraits notamment de La Bretagne à Paris ou du Pays breton. D'Ernest Renan à Irène Frain, c'est également un voyage littéraire qui nous est proposé, où la sensibilité et les mots jouent un rôle essentiel. L'ouvrage s'achève par un reportage sur la communauté bretonne à notre époque. On s'y rend compte que les exilés d'Armorique à Paris sont encore unis par des liens forts, se manifestant notamment à travers les fest-noz ou la célèbre Nuit celtique.

  • Près de cinq cent mille Antillais ou descendants d'Antillais vivent aujourd'hui dans l'agglomération parisienne.
    De nombreuses associations à caractère culturel ou festif, mais aussi social ou antiraciste, témoignent de leur attachement à des racines communes en même temps que d'une lutte au présent contre des discriminations persistantes. Ce livre nous restitue toute leur histoire, y compris ses aspects les plus douloureux, depuis le temps de l'esclavage jusqu'à l'immigration massive des années 1960-1970 dans un Paris d'avant la crise, en quête d'aides-soignantes pour ses hôpitaux, de postiers, de policiers et d'employés municipaux.
    On trouvera aussi dans cet ouvrage des portraits de personnalités et on y entendra la voix des écrivains, d'Aimé Césaire à Patrick Chamoiseau, qui savent mieux que quiconque exprimer le chant profond d'un peuple aux multiples facettes.

  • Des tirailleurs sénégalais de la guerre de 14-18 aux squatters de Cachan, bruyamment expulsés au coeur de l'été 2006, ce livre présente de nombreux témoignages qui nous éclairent sur un siècle d'émigration africaine en France.
    Si l'entre-deux-guerres a surtout été l'ère des étudiants, marquée par l'émergence de personnalités comme Léopold Sédar Senghor, l'émigration populaire que nous connaissons aujourd'hui a commencé avec la Ve République lorsque, dans sa phase de pleine croissance, la France recherchait de la main-d'oeuvre non qualifiée pour ses entreprises. Ce sera le temps des Soninkés, Maliens, Sénégalais ou Mauritaniens, issus de la vallée du fleuve Sénégal.
    Ces nouveaux émigrants, rapidement regroupés dans des foyers, feront déjà l'objet de toutes les attentions - défendus obstinément par les uns, rejetés par les autres, selon un mouvement qui va s'amplifier à partir de la crise économique des années 1970. Des expressions se répandent alors : " regroupement familial ", " intégration ", " immigration clandestine ", auxquelles s'ajoutent, dans les années 1990, " communautarisme " et " sans-papiers ".
    Autant de formules qui ne traduisent qu'imparfaitement la réalité d'une immigration beaucoup plus complexe qu'on ne l'imagine. Souvent misérable mais aussi parfois très riche, d'un niveau culturel allant de l'analphabétisme au doctorat, répartie en une vingtaine de nationalités et pratiquant les religions les plus diverses, c'est cette Afrique en France multiple et pleine de paradoxes qui est montrée ici avec un grand souci d'objectivité et un parti-pris visant à donner avant tout la parole aux principaux intéressés.
    Puisse le lecteur trouver dans ce livre des arguments pour combattre les préjugés racistes qui entravent notre société. Écrivain, directeur de la collection " Gens d'ici et d'ailleurs ", spécialiste des communautés en France, Marc Tardieu nous livre un ouvrage de synthèse très précieux, fruit d'une longue enquête sur un sujet qui fait souvent la une de l'actualité.

  • En 1972, un double meurtre est commis dans une propriété ardennaise.
    Cet événement tragique devient la trame de chacun des romans policiers du célèbre auteur artémis. mais qu'a oublié ou caché celle qui se dissimule sous ce pseudonyme et qui jamais n'est revenue sur les lieux du crime ? et quel rôle a tenu norma, sa meilleure amie, dans cette énigme non résolueoe norma la muette, l'obèse. norma qu'artémis n'a plus revue jusqu'à cette terrible nuit de l'automne 2000, date anniversaire du double assassinat ?

  • Saint-Malo, 1142 : L'arrivée impromptue d'un nouveau personnage va transformer toute l'histoire d'une ville qui, après avoir déjà connu des heures de gloire, semble péricliter. Cet inconnu, accompagné d'une petite escorte, n'est autre que le nouvel évêque-seigneur Jean de Châtillon. Pendant une vingtaine d'années, confronté à une population turbulente et frondeuse dominée par des personnages insolites comme la jeune Brindille qui joue les sentinelles, perchée sur son chêne, Jonathan, le nettoyeur de latrines, Jacques le pêcheur ou la mère Julienne, la marchande de poisson, l'évêque sera soumis à de multiples épreuves qui le verront tour à tour affronter des religieux débauchés, combattre un hérétique qui se prend pour Dieu, et rechercher un criminel au sein même de son diocèse. L'évêque sortira-t-il grandi de toutes ces luttes ? Et quel trésor jaillira finalement de cette ville au destin si tragique qu'on la dirait parfois marquée par l'ombre de Satan ?
    De rebondissements en rebondissements, le lecteur ne sortira pas indemne de ce voyage au coeur d'un Moyen Âge à la fois porté vers les châtiments et vers la sainteté, tant cette époque, qui n'est pas à certains égards si éloignée de la nôtre, se révèle pleine de surprises, de menaces et d'enseignements.

  • Nulle part ailleurs en France n'existe un lieu qui porte autant d'histoire que Saint-Malo sur une aussi modeste superficie. En son temps, Chateaubriand s'émerveillait déjà que « cette enceinte qui n'égale pas celle du jardin des Tuileries » ait généré tant de grands hommes.
    Il fallait alors réunir dans un même livre les plus marquantes de ces destinées hors du commun de corsaire et de médecin, d'armateur et de prêtre, d'explorateur et d'écrivain, et c'est ce que Marc Tardieu a réalisé ici avec brio, comme porté par les prouesses de ses modèles. De ces huit courts récits palpitants et didactiques s'échappe l'âme d'une ville et le lecteur en ressort lui-même grandi, aspiré à son tour par l'appel du large.

  • Fils de communard, élevés dans le quartier de Belleville à Paris, Bassot et son frère Polyte, créent, après la mort de leurs parents, « La bande du Télégraphe ». Une drôle de bande, au coeur de ce Paris populaire du début du XXème siècle, encore marqué par l'ombre de la Commune et les attentats anarchistes de la décennie 1890. De petits larcins en agressions de plus en plus graves, les comparses à peine sortis de l'enfance vont en quelques mois se construire un destin tragique. Ils nous entraînent avec eux jusqu'au bout de la violence, aux confins de l'absurde.

  • Chapitre I - Mani, 3 I. Date et lieu de naissance de Mani, 3 - II. Les parents de Mani, 4 - III. Les religions du père de Mani, 5 - IV. Les mughtasila, 7 - V. " Elchasaï ", 9 - VI. L'appel de l'ange, 12 - VII. Controverses antielchasaïtes, 15 - VIII. Le sceau des prophètes, 18 - IX. Voyages et missions, 26 - X. Les dernières années, 32.

    Chapitre II - Les livres, 40 I. Ce que Mani lisait, 40 - II. Les oeuvres de Mani, 43 - III. Le canon des Écritures, 61 - IV. La patrologie manichéenne, 63.

    Chapitre III - La communauté, 72 I. La hiérarchie, 73 - II. Le code moral des religieux, 79 - III. Le code moral des laïcs, 84 - IV. La liturgie, 89.

    Chapitre IV - Le panthéon, 93 I. Le récit, 94 - II. Synopsis du panthéon manichéen, 101 - III. Le système quinaire, 106.

    Chronologie du manichéisme après Mani, 112 Cartes, 122-123-124 Bibliographie, 125

  • Le bougnat

    Marc Tardieu

    • Rocher
    • 22 Février 2000

    Paris, quartier de Ménilmontant, 1932.
    Au 53 de la rue Bisson, un rêve vient de prendre forme : Jean et Léonie Casses, tous deux natifs du Massif Central, ouvrent enfin leur " café-charbon ". Jean le Bougnat, coiffé de son capuchon de toile, livre le charbon. Léonie sert les clients au comptoir. Leur fille Henriette, restée au pays, viendra les rejoindre plus tard. Jean est fier d'exercer ce métier épuisant aux gains pourtant si modestes. Les temps sont durs, mais il ne rechigne pas à la tâche.
    Très vite, son café-charbon devient le poumon du quartier où l'on vient pour boire un coup, discuter ou simplement se réchauffer. S'y retrouvent les habitués, Vianez, Aberjou et Madame Emile, mais les ouvrières de la cité Bisson. Jean et Léonie tiendront leur échoppe, vaille que vaille, pendant trente années ; ils vivront l'arrivée des premiers congés payés, les jours sombres de l'occupation, les mutations de l'après-guerre.
    Avec l'avènement du chauffage collectif et le développement du fioul, les bougnats seront bientôt contraints de réduire leur activité. Il sera alors temps pour Jean et Léonie de se retirer. Mais jamais jean n'oubliera l'odeur âcre du charbon...

  • Les auvergnats de paris

    Marc Tardieu

    • Rocher
    • 12 Septembre 2001

    Parmi toutes les communautés provinciales de Paris, celle du Massif central est sans aucun doute l'une des plus importantes.
    Le recensement de 1926 indiquait déjà que pas moins de dix pour cent des habitants de Paris étaient nés dans cette région, principalement dans le Cantal, l'Aveyron, le Puy-de-Dôme, la Haute-Loire et la Lozère. Au XIXe siècle, l'histoire de ceux que l'on nomma les " Auvergnats de Paris " a été celle de parias, exerçant des métiers de gagne-petit - frotteurs de parquets, porteurs d'eau, ferrailleurs ou livreurs de bains, chassés le plus souvent de leur région natale par la misère.
    Devenus massivement bougnats et limonadiers au XXe siècle, ces exilés vont cependant prendre une belle revanche sur un destin contraire, illustrée notamment par les réussites légendaires de Cazes et Boubal à Saint-Germain-des-Prés, le premier chez Lipp, le second au Café de Flore. Mais comment s'est organisée cette communauté du Massif central ? Et où en est-elle à présent, plus d'un siècle après la création du journal L'Auvergnat de Paris et de la Ligue auvergnate ? Autant de questions qui trouvent leur réponse dans ce livre.

  • 1871.
    Une date tragique dans l'histoire de l'Alsace. Pour rester français, après l'annexion de la province par la Prusse, une seule solution fuir la terre de ses ancêtres, partir pour l'Amérique, l'Algérie ou, le plus souvent, pour Paris. Ils seront des milliers à faire ce dernier choix, apportant à la capitale leurs brasseries et leurs bières, leur choucroute et leur sapin de Noël, mais aussi leur désir de revanche.
    L'armistice de 1918 et le retour de l'Alsace-Lorraine à la France ne seront qu'une étape avant le nouveau drame de la Seconde Guerre mondiale. Ce n'est en vérité qu'à partir des années 50, avec le rapprochement de la France et de l'Allemagne, que l'Alsace, enfin en paix, pourra connaître un prodigieux développement économique. On verra alors émigrer vers Paris, non pas des vagues entières de paysans chassés de leur région natale par la misère, comme c'est souvent le cas ailleurs, mais des individus aux motivations personnelles multiples.
    Parmi les plus ambitieux, figurent bon nombre de dirigeants de notre économie, patrons de chaînes de restauration aussi bien que P.-D.G. de grandes entreprises automobiles. Cet ouvrage retrace la vie de tous ces exilés, célèbres ou anonymes. On y découvre une galerie de portraits riches en couleurs, du sculpteur Bartholdi, auteur de la Statue de la Liberté et du Lion de Belfort, à Pierre Fresnay, Edwige Feuillère, Jean Schlumberger, André Maurois...
    Pour notre époque, Claude Rich et Pierre Schoendorffer côtoient des figures du monde des affaires et de la finance, tels Jean-Paul Bucher, P-D.G. du groupe Flo, ou l'énarque Francis Mayer, directeur général de la Caisse des dépôts et consignations.

  • Le corsaire de Rio

    Marc Tardieu

    Nulle part ailleurs en France n'existe un lieu qui porte autant d'histoires que Saint-Malo sur une aussi modeste superficie. En son temps, Chateaubriand s'émerveillait déjà que « cette enceinte qui n'égale pas celle du jardin des Tuileries » ait généré tant de grands hommes.
    Il fallait alors réunir dans un même livre les plus marquantes de ces destinées hors du commun de corsaires et de médecins, d'armateurs ou de prêtres, d'explorateurs ou d'écrivains. C'est ce que Marc Tardieu a réalisé ici avec brio, comme porté par les prouesses de ses modèles.
    Pour la première fois sont réunis dans un même livre les héros mais aussi les héroïnes de Saint-Malo comme Surcouf, Chateaubriand ou Suzy Solidor, qui côtoient des héros méconnus comme Guy La Chambre ou Amélia Carette. De ces huit courts récits palpitants et didactiques s'échappe l'âme d'une ville et le lecteur en ressort luimême grandi, aspiré à son tour par l'appel du large.

empty